Mali-Online
Actualité nationale

Affaire de tentative de corruption de la CEDEAO dans crise sociopolitique du Mali: Le coordinateur de la CMAS et membre du M5-RFP Issa Kaou Djim fait un démenti

Issa Kaou Djim de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahamoud Dicko(CMAS)

Face à la détermination du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotes (M5-RFP) à déposer IBK, la communauté internationale, à travers la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a entamé une médiation pour essayer de résoudre  cette tension entre le pouvoir et le M5-RFP. Selon des affirmations cette CEDEAO aurait tenté de procéder  par la corruption. Elle était sur le point de réussir son coup, n’eût été la volonté ferme de certains leaders à rester derrière le mot d’ordre: démission d’Ibrahim Boubacar Kéita. Mais Kaou Djim le coordinateur de la CMAS et du M5-RFP dans un entretien dément ces dires. Pour lui ces allégations proviennent de leurs détracteurs.   

Aujourd’hui, pour des raisons de mauvaise gouvernance, et de violations flagrantes des textes qui régissent la République, le peuple malien subit toutes sortes d’humiliations et de mal-vie. Si le peuple ne se réveille pas pour changer le cours des évènements, on va vers une oligarchie. La crise qui secoue notre pays est lointaine, elle est la conséquence de multiples trahisons orchestrées par les hommes politiques qui n’entendent pas perdre leur fauteuil. La dernière en date est celle qui se passe maintenant entre le Mouvement du 5 Juin- Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) et la majorité présidentielle.

Une forte partie de la population regroupée  dans un mouvement appelé M5-RFP dirigé par l’Imam Mahmoud Dicko demande la démission du président de la République. La majorité présidentielle ne veut rien céder. C’est dans ce ping-pong que plusieurs médiateurs ont séjourné à Bamako en vue de réconcilier les deux  camps. La médiation qui aurait fait un grand bruit se serait faite à huis clos de la part d’une certaine communauté africaine avec une enveloppe de 16 milliards de francs CFA. Un pactole qui aurait fait fléchir les ardeurs de certains contestataires du M5-RFP. Elle aurait proposé 5 milliards à un leader du M5 et le reste du pactole devrait servir à faire fonctionner le gouvernement d’union nationale formé avec certains responsables du mouvement de contestation demandant la démission d’IBK.

Ces affirmations ou encore ces dires concernant la tentative de corruption sont des allégations très graves pour le coordinateur Kaou Djim, il nous a fait comprendre cela lors d’un petit entretien qu’il nous accordé. « Comment une grande  organisation sous-régionale comme la CEDEAO peut venir corrompre, je ne pense pas que cela peut possible et que ça n’engage que les personnes qui le disent. »   a répondu ainsi Kaou Djim sur cette la question ce savoir la véracité de ces affirmations. Pour lui cela ne sont que des allégations de l’autre partie.  

S’agissant la médiation  de la CEDEAO, Kaou Djim avoue que elle a rencontré toutes les parties afin de comprendre la situation et que toutes les parties ont motivé le pourquoi de leur choix. Pour eux, il était important de dépasser les égos et de s’assoir pour  discuter afin de voir le problème avec responsabilité. Pour Kaou Djim, personne ne peut nier qu’il y a une crise, et quelles sont les raisons ? Quelles sont les solutions qui honorent le Mali et les maliens ? Et que c’est à ce niveau que des questions doivent être posées et répondues. 

Une question que notre interlocuteur a répondu, s’agissant d’une certaine  mésentente entre l’Imam Mahmoud Dicko et le reste du M5, relativement à certains points. Kaou Djim pense que tout va bien et que ceux sont des exagérations, des diversions, des calomnies et des manipulations de leurs détracteurs. « Que les gens sachent raison gardée, ce n’est ni un parti, ni un mouvement, ni autre chose, mais c’est le  peuple malien aujourd’hui  qui n’est pas d’accord » et sans ce peuple aucun parti ne peut demander la démission du régime d’IBK » Pour lui, le seul mérite qu’ils ont c’est d’organiser des marches de contestations.

Beaucoup pensent que le M5-RFP a baissé la pression et baisser la garde, quelle est la raison ? A cette question le coordinateur Kaou, n’a pas manqué de dire que : «  Nous ne sommes pas sur ring de boxe, quand il y a des médiations, quand il y a des propositions et quand l’Imam cherche à trouver une position médiane, nous en tant que CMAS c’est notre position, et cette position elle n’est pas officielle pour vous les médias mais à l’interne, elle est connue. » « Pour nous il s’agit de sauver le Mali et pour sauver le Mali, la démarche peut varier mais l’objectif reste le même. Et ce qu’il faut c’est des alternatives et quelles solutions ? Et cette proposition l’Imam l’a faite. »    

La médiation de la CEDEAO peut faire changer votre Position ? « Nous n’avons pas une position figée, et ce n’est pas parce qu’on change qu’on évolue, notre objectif reste le même, IBK a échoué et c’est une évidence. Si aujourd’hui il faut trouver un format pour notre pays pour éviter le chaos, on est d’accord »  a répondu le coordinateur Kaou Djim  

Par ailleurs, la médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) propose la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, la reprise des élections dans les zones contestées. Des appétits en substance. Après cet huis clos de la CEDEAO avec le M5-RFP, des doutes planeraient sur le comportement de certaines personnalités du M5-RFP car, l’argent frais serait rentré avec fracas dans les débats.

Selon un confrère et je cite : « Si le peuple du M5-RFP ne suit pas de près les différentes rencontres des communautés internationales à Bamako, la déception serait grande. Les hommes politiques maliens ont toujours trahi le peuple pour leurs intérêts personnels. »

Hervé N’depo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus