Mali-Online
Actualité nationale

Application de l’état d’urgence : Le ministre de l’Administration territoriale apporte des clarifications

Cité administrative de Bamako Photo d’illustration ©Mali-Online

Après les messages d’indignation des faitières de la presse par rapport à certaines dispositions de l’état d’urgence qu’elles jugent liberticides, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Lt colonel Abdoulaye Maiga a apporté des clarifications à travers un communiqué.

En vue de renforcer la lutte contre la Covid-19 au Mali, le gouvernement a décrété l’état d’urgence pendant 10 jours sur toute l’étendue du territoire national. Dans le cadre de l’application de l’état d’urgence, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a, dans sa correspondance N ° 0023 66 MATD-SG, du vendredi 18 décembre 2020 adressée à tous les gouverneurs de région et du district de Bamako, tous les préfets et tous les sous-préfets, donné des instructions relatives à l’application de l’état d’urgence. « Le Décret N° 2020-0317 / PT-RM du 18 décembre 2020 déclarant l’état d’urgence sur le territoire national a été adopté par le Gouvernement en application de la Loi 2017-055 du 06 novembre 2017 relative à l’état de siège et à l’état d’urgence. Cette adoption a pour conséquence de modifier considérablement l’exercice des libertés publiques et des libertés individuelles. En plus, les autorités administratives organisées sont habilitées à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature, des réseaux sociaux, ainsi que celui des émissions radiophoniques ou télévisées…) », peut-on lire dans la correspondance.

La publication de cette correspondance a provoqué la colère des faitières de la presse, qui ont organisé une conférence de presse le dimanche 20 décembre 2020 pour « dénoncer une grave atteinte à la liberté de la presse dans notre pays. Nous ne permettrons à personne de se cacher derrière la lutte contre la Covid-19 pour restreindre la liberté de la presse » a déclaré Bandiougou Danté, président de l’Union des radios et télévisions libres du Mali (Urtel).

Devant cette colère des hommes de média, le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a publié un communiqué pour apporter des clarifications. « Le ministre rappelle que l’instruction ministérielle repose sur une longue tradition du département visant à éclairer les autorités administratives chargées de l’application des lois et règlements, en vue de l’application correcte des textes. Contrairement à certaines interprétations distillées dans les médias, l’instruction du 18 décembre 2020 ne procède que de la mise à jour de l’instruction n°01847/MAT-SG du 24 novembre 2015 édictée en application du Décret n°2015-0752/P-RM du 20 novembre 2015 déclarant l’état d’urgence sur le territoire national sur la base de la Loi n°87- 49/AN-RM du 4 juillet 1987 relative à l’état de siège et à l’état d’urgence. La mise à jour est justifiée par la nécessité d’exécuter correctement le Décret n°2020-0317/PT-RM du 18 décembre 2020 déclarant l’état d’urgence sur le territoire national et le besoin d’adaptation de la nouvelle instruction avec les dispositions de la Loi n°2017-055 du 06 novembre 2017 relative à l’état de siège et à l’état d’urgence. Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation rassure l’opinion publique que l’instruction relative à l’état d’urgence ne vise nullement à remettre en cause quelque liberté que ce soit ; elle n’a pas vocation à prescrire des mesures nouvelles et ne fait que rappeler les dispositions des lois et règlements », affirme le ministre dans son communiqué du dimanche dernier.

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus