Mali-Online
Politique

Après la fermeture de ses frontières: Le Mali accuse un aéronef français d’avoir violé son espace aérien

Aéroport international Président Modibo Keita de Bamako-Sénou ( image d'illustration )

Tout comme la décision unilaterale prise par Paris de suspendre tous les vols d’Air France à la destination et au départ de Bamako, jusqu’à nouvel ordre, le Gouvernement du Mali dénonce également la violation de son espace aérien par un aéronef de l’armée française de type A400, immatriculé FRBAN. L’appareil a été signalé lors de son vol entre Abidjan-Gao-Abidjan dans la journée du mardi 11 janvier 2022.

Dans un autre communiqué, le gouvernement du Mali dénonce la violation de son espace aérien par un avion militaire français en provenance de la Côte d’Ivoire. « Le gouvernement de la République du Mali informe l’opinion nationale et internationale qu’un aéronef de l’armée française de type A400, immatriculé FRBAN a effectué un vol sur le trajet Abidjan-Gao-Abidjan dans la journée du mardi 11 janvier 2022. Ledit aéronef qui était en violation manifeste de l’espace aérien malien, avait à la fois éteint son transpondeur pour ne pas être identifié et coupé la communication avec les organismes maliens de contrôle aérien », déclare le gouvernement.

Selon les autorités de la transition, en dépit de cette manœuvre frauduleuse, les capacités de défense nationales récemment acquises, ont permis d’identifier et tracer la trajectoire de l’avion. « En conséquence, le Gouvernement a dénoncé cette violation de l’espace aérien du Mali auprès des autorités françaises qui ont, au demeurant, décidé de soutenir les sanctions de la CEDEAO parmi lesquelles figure la fermeture des frontières terrestres et aériennes de ses pays membres avec le Mali », précise le communiqué.

A titre de rappel, le gouvernement du Mali a aussi, en application du principe de la réciprocité, suite aux sanctions imposées par la CEDEAO, procédé à la fermeture de ses frontières avec les pays membres de la CEDEAO, excepté la Guinée. « Le gouvernement, tout en prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, décline toute responsabilité relative aux risques auxquels les auteurs de ces pratiques pourraient s’exposer, en cas de nouvelle violation de notre espace aérien », prévient Bamako.

Quelques heures plus tard, à travers un communiqué, le ministre des Transports et des Infrastructures a été informé de la suspension unilatérale de tous les vols d’Air France à la destination et au départ de Bamako, jusqu’à nouvel ordre. « La Compagnie aérienne Air France a décidé, d’après l’information notifiée aux autorités aéroportuaires du Mali par sa représentante à Bamako, de suspendre tous ses vols à la destination et au départ de Bamako, jusqu’à nouvel ordre. Cette décision brusque a été prise par Air France sans consultation préalable et sans qu’aucune justification ne soit donnée aux autorités aéronautiques maliennes, alors que le mardi 11 janvier 2022, la compagnie avait soumis un plan de vol réorganisé en fonction de la situation », déplore Bamako.

A cet effet, le ministre des Transports et des Infrastructures regrette les désagréments causés aux usagers du transport aérien.

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus