Mali-Online
Actualité nationale

Baccalauréat 2020 : ils sont 139.334 candidats au Mali

Début des épreuves du baccalauréat au Mali, Lundi 19 Octobre 2020.

Aujourd’hui, 19 octobre 2020 sur toute l’étendue du national, les évaluations de l’examen de fin d’année du  baccalauréat malien pour l’année scolaire 2019-2020 ont débuté.  Pour cette année, ils sont au total 139.334 candidats répartis entre 313 centres pour le bac général et 10 centres pour le bac technique en 5 473 et 100 salles de classes. Pour les surveillances, il y aura, 10.987 surveillants pour le Bac général et 235 pour le Bac technique pendant une semaine d’examen, soit deux surveillants par salle. 

En effet, après le DEF, c’est les épreuves de l’examen du baccalauréat, qui démarrent ce lundi 19 octobre 2020. Prof Doulaye Konaté, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé que tous les préparatifs du Bac sont mis en place pour que les épreuves se passent dans de bonnes conditions. 
Ainsi, ayant à cœur d’assainir les examens au Mali, le ministre de l’Éducation nationale, Doulaye Konaté tient à la bonne tenue de cet examen. Pour ce faire, il prône « tolérance zéro » contre les auteurs de fraudes. C’est pourquoi, après les difficultés rencontrées à l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF), il a rencontré tout son staff afin de faire un « diagnostic sans complaisance » de la situation. 

Aussi, lors de sa rencontre avec les syndicats de l’éducation, vendredi 16 octobre 2020, le ministre Doulaye Konaté n’a pas caché sa détermination à faire toute la lumière sur les fuites de sujets survenues lors de l’examen du DEF. 
Mieux, le nouveau ministre de l’éducation de sévir contre ceux qui s’adonnent à la fraude qu’ils qualifient tels les ennemis des enfants. Il affiche sa volonté de rompre avec ce qui est quasiment devenu coutume de nos examens, fuites de sujets. Pour ce faire, l’impunité en la matière doit cesser en faisant de sorte que les fautifs une fois démasqués répondent devant la justice.


C’est pourquoi, prof Konaté a demandé aux uns et aux autres de ne pas céder au découragement et à la panique, de veiller au grin pour démasquer les coupables qui seront sanctionnés. Pour cela, tous les cadres peuvent être surs de son soutien indéfectible en termes d’accompagnement pour la moralisation des examens.

Hervé N’depo/Mali-Online

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus