Mali-Online
Afrique

Coopération avec la Russie : Le Burkina Faso va-t-il emboîter le pas du Mali ?

Pancarte du Groupe des Patriotes du Mali à la manifestation du 21 aout 2020 du M5-RFP. (image d'illustration)

Depuis le lundi 24 janvier 2022, des militaires réunis au sein du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) ont perpétré un coup d’Etat au Burkina Faso mettant ainsi fin au pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré. Un scénario à la malienne n’est pas à exclure dans le cadre de la lutte antiterroriste à travers une coopération militaire entre le Burkina Faso et la Russie.

« L’actuel homme fort de Ouagadougou avant le coup d’Etat aurait recommandé au président du Burkina Faso Rock Marc Kaboré de travailler avec le groupe privé russe Wagner, utilise des mercenaires », a affirmé hier mercredi 26 janvier 2022, le correspondant de RFI au Mali, citant « The Daily Beast.

Il y a quelques semaines, un député burkinabé a également suggéré une coopération avec la Russie pour lutter contre les terroristes dans le pays. Certaines personnes proches du pouvoir en Russie ont déjà commencé à courtiser indirectement la junte militaire au Burkina Faso.

En effet, l’homme d’affaires russe Evgueni Prigojine, surnommé le « Cuisinier » de Vladimir Poutine à cause de leur proximité et soupçonné d’être le parrain de la société militaire privée Wagner s’est félicité, le mardi 25 janvier 2022, sur le social russe VK du coup d’Etat au Burkina, qui, selon lui, constitue « une nouvelle ère de décolonisation » en Afrique.
« Tous ces soi-disant coups d’Etat sont dus au fait que l’Occident essaie de gouverner les Etats et de supprimer leurs priorités nationales, d’imposer des valeurs étrangères aux Africains, parfois en se moquant clairement d’eux », a-t-il ajouté.

Depuis quelques semaines, un supposé déploiement des mercenaires de Wagner sur le sol malien empoisonne les relations entre le Mali et certains de ses partenaires occidentaux. « Nous, partenaires internationaux résolus à soutenir le Mali et son peuple dans leurs efforts pour parvenir à une paix et une stabilité durables et à lutter contre le terrorisme, condamnons fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien. Ce déploiement ne peut qu’accentuer la dégradation de la situation sécuritaire en Afrique occidentale, mener à une aggravation de la situation des droits de l’Homme au Mali, menacer l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger et entraver les efforts de la communauté internationale pour assurer la protection des civils et apporter un soutien aux Forces armées maliennes », avaient déclaré l’Allemagne, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Estonie, la France, l’Italie, la Lituanie, la Norvège, les Pays Bas, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Suède dans un communiqué conjoint en date du 23 décembre 2021.

En réponse, le gouvernement malien a précisé qu’il s’agissait de formateurs russes présents au Mali dans le cadre du « renforcement des capacités opérationnelles des Forces de défense et de sécurité nationales ».
Les prochains jours nous diront si les militaires burkinabés vont emprunter le même chemin que leurs frères d’armes maliens en ayant un partenariat avec la Russie dans la lutte contre le terrorisme.

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus