Mali-Online
Politique

Création d’une zone de défense dans le Gourma : Le ton monte entre le gouvernement et la CMA.

La ville de Kidal dans le nord du Mali est sous le contrôle des ex-rebelles (image d'illustration)

Le gouvernement a condamné le vendredi dernier l’annonce de la création d’une zone de défense et de sécurité dans le Gourma par la Coordination des mouvements de l’Azawad& (CMA), qui, à son tour, accuse l’État malien de véhiculer de fausses informations. 

Le vendredi dernier le ministre de Affaires étrangères et de la Coopération internationale a, à travers un communiqué, condamné l’annonce de la création par la CMA d’une zone dite de défense et de sécurité dans le Gourma. « L’acte ainsi posé constitue une transgression du cessez-le feu conclu entre les parties et dont les clauses les engagent à conserver leurs positions et une flagrante violation des dispositions des articles 17, 25 et 29 de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger relatives aux questions de défense et de sécurité », affirme le communiqué. 

« Le gouvernement invite la médiation internationale à se pencher sur la question conformément aux dispositions des paragraphes 7 et 9 du Pacte pour la paix au Mali et invite la CMA à réviser sa position », déclare le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale tout en condamnant fermement cette décision qui, selon lui, fragilise le processus de paix dans un contexte de recrudescence des attaques des groupes terroristes dans la zone concernée où se déroulent les opérations « Maliko » et « Eclipse » en collaboration avec les forces partenaires notamment Barkhane et la Force conjointe du G5-Sahel.

Aussitôt la CMA a réagi au communiqué du gouvernement malien. « La CMA exprime sa désolation et sa surprise face au communiqué émanant du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali contenant des fausses informations par rapport à la création d’une nouvelle zone militaire de la CMA dans le Gourma. La CMA s’insurge contre de telles allégations fondées sur des passions et sous la pression de la rue au détriment de la vérité du terrain et apporte un démenti formel à ce communiqué, quant à la nouveauté de la création de la zone militaire », peut-on lire dans un communiqué publié le même vendredi par les ex rebelles, qui rappellent que « la zone dite de Gourma n’est pas une création nouvelle, depuis la signature du cessez-le-feu du 23 mai 2014 et bien avant la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, cette zone militaire existait et relevait de la zone de Haoussa (rive gauche du fleuve de Gao). La seule nouveauté est que la zone devient autonome vis-à-vis du Haoussa et dépend directement de l’état-major général de la CMA ».

La CMA a également condamné « les accusations à peine voilées, distillées avec subtilité dans le communiqué du gouvernement insinuant que sa présence dans la Gourma serait un handicap à la lutte contre les terroristes alors même qu’elle gêne et empêche en premier lieu les mouvements et la fixation des terroristes  » tout en réitérant  » son attachement au cessez-le-feu signé le 23 mai 2014 à Kidal et aux arrangements sécuritaires qu’elle a signés ».

Issa Diallo 

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus