20 C
Bamako
mercredi 28 octobre 2020
Mali-Online
Faits divers

Drame : deux suicides en moins de 24 heures sur le 3ème pont de Bamako

Vue aérienne du fleuve Niger au niveau du 3ème pont de Bamako. Photo d’illustration.

Double suicide en moins de 24 heures à Bamako, dans la nuit du dimanche à lundi 12 octobre 2020. Deux hommes se sont donnés la mort en se jetant dans le fleuve Niger du haut du 3è pont. L’un aux environs de 2 heures du matin et l’autre vers 13heures.

Il s’agit d’un certain Yacouba et d’un autre du nom de Bouaré. Le premier, Yacouba, agent comptable à Niaré Froid, d’après les informations recueillies, l’homme âgé d’une quarantaine d’années, aurait marqué un temps avant de se jeter dans le fleuve. Selon toujours des informations, il aurait avant son forfait appelé ces deux femmes très tard dans la soirée, aux environs de 2 heures du matin en leur disant de s’occuper bien de leurs enfants et qu’il devrait partir à un voyage. Justement un voyage long, un voyage de non-retour. 

Il se jeta ensuite dans le fleuve en laissant son véhicule de luxe et ses téléphones au beau milieu du pont. Les éléments du bataillon blindé de reconnaissance étaient en renfort également sur les lieux pour aider les sapeurs pompiers alertés. Après plusieurs heures de recherches sans suite, les forces de l’ordre ont libéré les lieux. 

 « Habituellement lorsqu’un individu meurt par noyade, et qu’on ne parvient pas à retrouver son corps aussitôt, il est préférable de patienter et de revenir sur les lieux quelques jours après, car le corps submerge quelques fois », indique un agent des sapeurs-pompiers sur place.  

Le second cas de suicide est intervenu aux environs de 13h, un homme, M. Bouaré, âgé de 49 ans, s’est lui aussi jeté dans le fleuve du haut du même pont tout en laissant ses pièces sur sa moto. Il serait soudeur de son état et natif de Korofina Sud.

Pour l’instant, l’on n’ignore les causes exactes de ces suicides, toutefois, les éléments du commissaire divisionnaire du 13è arrondissement, Ibrahim Togola, promettent de faire tout leur possible afin de faire la lumière sur ces tragédies.

Ces scènes tragiques ne sont pas les premières sur le 3è pont, on s’en souvient encore l’année dernière de celle d’une femme qui s’est donnée la mort également en se jetant dans le même fleuve, à travers le même pont. 

Hervé N’depo/Mali-Online

Articles similaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus