Mali-Online
Politique

[Édito] Mali : Les enjeux diplomatiques !

Echanges à New-York entre le chef de la diplomatie malienne et son homologue russe. (image d'illustration)

Beaucoup de nos concitoyens veulent que l’État étale tout ce qu’il fait sauf qu’en diplomatie tout ne doit pas être révélé, il faut avoir le sens d’agir en toute discrétion (raison pour laquelle l’État malien ne confirme pas et ne dément pas non plus une éventuelle discussion avec Wagner). Les actions géostratégiques menées par le gouvernement Malien s’inscrivent dans cette logique. 

Et de plus la crise diplomatique qui opposait la France et les États-Unis concernant la vente des sous-marins à l’Australie doit nous servir de leçon. Chaque pays dispose d’une politique étrangère bien définie mais aussi des agendas cachés qu’on ne révèle pas. 

Mais comment ces politiques étrangères ou agendas sont mises en œuvre ? 

Et bien certes les États mènent des négociations, mais les médias de nos jours servent de moyens, et d’outils pour les États de mener leurs politiques étrangères. Il faut savoir que la manipulation de l’opinion publique est très importante, pourquoi ? Cela conforte les États dans la mise en œuvre de leurs agendas cachés, les médias sont sensés véhiculer des propagandes pour que l’opinion publique adhère.

La preuve quand Jacques Chirac et Dominique de Villepin avaient refusé d’accompagner les américains en Irak, les américains ont diabolisé la FRANCE par des canaux médiatiques notamment à travers la chaîne CNN International, la France en 2003 a décidé de créer sa chaine France 24 qui a vu le jour en 2006. La géopolitique est au centre de tout et elle se fait par des canaux, d’une part dans les médias et d’autre part hors médias. 

Dans la guerre ou dans les rapports internationaux, il y’a trois (3) principes : 

  • 1er principe : Jamais tu ne sauras pourquoi on fait la guerre, on fait tout pour masquer l’histoire de la guerre, l’intérêt de la guerre et enfin le temps de la guerre.
  • 2ème principe : On fait tout pour diaboliser l’opposant ( le pays) aux yeux de l’opinion nationale et internationale, c’est à dire celui qui s’oppose à notre idéologie, notre pratique, on le diabolise et en le diabolisant on utilise les journaux donc les médias.
  • 3ème principe : C’est de monopoliser le débat, c’est à dire on ne va pas permettre à ses opposants de parler.

Malheureusement bon nombre de maliens et maliennes ignorent ces trois principes.

Aujourd’hui la diplomatie Malienne en pleine reconfiguration a compris les enjeux, raison pour laquelle elle n’hésite pas à agir. L’intervention du Premier ministre malien à l’Assemblée générale des nations unies en est une preuve qui n’a pas laissé indifférent certains partenaires du Mali notamment la France qui a réagi par son ministre des affaires étrangères et par un communiqué, dans lequel la France refuse d’aller dans le fond du sujet et se délivre à une analyse journalistique du sujet en retraçant les incohérences, et cacophonies politique du Premier ministre malien de naguère.

En tout cas après la crise diplomatique entre la France et les États unis concernant le contrat de vente des sous-marins avec l’Australie, une crise diplomatique semble être ouverte entre Paris et Bamako.

Quelle tournure va-t-elle prendre ? Le Mali dispose-t-il des moyens pour tenir tête à la France ?

Les jours à venir nous le diront…

AMAIGUERE RENE SAGARA, Juriste et Étudiant à l’institut supérieur de Droit à Paris

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus