Mali-Online
Actualité nationale

Environnement : Wassa Ton accuse les Chinois d’avoir pollué le fleuve Falémé à travers l’utilisation des produits chimiques

En conférence de presse le dimanche dernier, le président de l’Association Wasso Ton, Alou Diallo a accusé les exploitants chinois de piller l’or et le bois des 12 communes du cercle de Kéniéba depuis des mois, en utilisant des dragues sur le fleuve Falémé. C’était en présence du président de l’Union des comptoirs et raffineries d’or du Mali (Ucrom), Karamoko Doumbia.  

« L’utilisation des dragues par les opérateurs miniers chinois constituent une menace pour les populations de Kéniéba parce que les produits chimiques utilisés par les entreprises chinoises sont en train de détruire nos champs, polluer l’eau du fleuve et tuer les animaux », a déclaré le président de Wassa Ton.

Selon Alou Diallo, les associations des ressortissants se donnent désormais la main pour lutter contre la déforestation, la pollution des cours d’eau et la détérioration de l’environnement dans leurs localités. « Ces exploitants chinois ne peuvent pas continuer à extraire l’or dans le fleuve Falémé en dépit de l’interdiction de cette pratique par le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable depuis le 4 décembre 2020. Nos bois sont également coupés de façon illégale et exportés en Chine. Nous avons déposé une plainte au niveau du tribunal de Kéniéba. Mais les chinois  continuent toujours de piller illégalement nos ressources. En plus des pertes économiques, des animaux vivant dans ce fleuve sont contaminés par les produits toxiques utilisés par eux pour extraire l’or. Les exploitants chinois menacent avec des armes nos parents, qui tentent de s’opposer à l’utilisation des dragues sur le fleuve Falémé. Ils ont des agents de sécurité bien équipés d’armes de fabrication chinoise. Nous ne pouvons croiser les bras devant cette situation. Si nous ne faisons pas quelque chose pour sauver notre cercle, la vie y sera impossible dans quelques années. C’est pourquoi, nous demandons aux autorités de la Transition d’agir. Si dans un mois rien n’est fait, nous allons prendre nos responsabilités en chassant sans violence tous les exploitants chinois de notre cercle », a-t-il ajouté.

Le président de l’Union des comptoirs et raffineries d’or du Mali (Ucrom), Karamoko Doumbia, a dénoncé la complicité des autorités locales dans l’extraction de l’or à Kéniéba par les exploitants chinois. « Il est clair que les autorités locales sont complices de cette situation. Le Ghana a interdit aux opérateurs chinois de piller leurs ressources. Ils se sont tournés vers le Mali et en corrompant certaines autorités, ils font ce qu’ils veulent. Mais nous n’allons plus rester les bras croisés devant cette situation. Nous agirons dans le cadre de la loi. Les populations de Kéniéba ne peuvent être privées des ressources de leur sous-sol au profit des étrangers », a-t-il promis. 

Issa Diallo 

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus