20 C
Bamako
mercredi 28 octobre 2020
Mali-Online
Actualité nationale

Fuite des sujets d’examens au Mali : un phénomène récurrent à combattre

Début des épreuves du DEF ce lundi 12 Octobre 2020 au Mali. Credit photo: Kitainfos.com

Pratiquement chaque année, les sujets des examens de fin d’année font fuite.  Ceux du Diplôme d’Etude Fondamental(DEF) n’ont pas fait exception à la règle cette année. Les sujets étaient visibles ces deux jours sur les réseaux sociaux. Ce phénomène qui devient de plus en plus récurrent dans notre pays interpelle à plus d’un titre les autorités maliennes qui doivent tout faire pour y mettre fin au risque de ne pas entraîner davantage la déperdition scolaire. 

Etre admis aux examens de fin d’année, tel que le  Diplôme d’Etudes Fondamentales(DEF) n’est plus sorcier au Mali. En ce sens que la fuite des sujets continue de mettre facilement ces examens, jadis difficiles, à la portée des élèves qui n’ont d’ailleurs plus besoin de fournir trop d’efforts pour décrocher un diplôme. Et malheureusement, en dépit  des efforts consentis par les autorités compétentes du pays, le phénomène perdure. 

Est-ce les conséquences des nouvelles technologies ? Est-ce le manque de rigueur des autorités du pays ? A qui profite ce phénomène ? Des questions parmi tant d’autres que les maliens se posent. En effet, les conséquences de la fuite des sujets d’examens ne sont plus à démontrer. Dans la mesure où le phénomène entraine la déperdition scolaire des enfants qui constituent l’avenir d’un pays comme le nôtre.  

En tout cas, les autorités du pays doivent redoubler d’efforts pour trouver des solutions durables à cette problématique qui compromet l’avenir et le devenir de notre pays qui était une référence au niveau sous régional sur le plan éducatif. 

Les parents d’élèves ont aussi leur partition à jouer. Comme on le dit, l’instituteur seul ne peut bien encadrer un élève. Son effort est complété par celui du parent qui, à son tour doit veiller sur lui hors des classes, c’est-à-dire à la maison. Dans cette optique, le parent,  pour le bonheur de l’enfant, doit l’encourager à réussir par la sueur des fronts et non par la fraude. 

Adama Coulibaly

Articles similaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus