Mali-Online
Politique

Gestion de la transition : Après plus de cent jours d’exercice, la cadence divise les acteurs politiques

Quelques leaders de la classe politique malienne lors d’un document de malionline sur les 100 jours jours de la transition ©Mali-online.net

Après le putsch du 18 août 2020, la démission du président, la dissolution de l’assemblée nationale, le pays a entamé une phase transitoire le 25 septembre 2020. Une transition qui a mis en place ses différentes organes de manière évolutive, a aujourd’hui plus de 100 jours d’exercice. Les avis des acteurs politiques sur la gestion de cette période cruciale de l’histoire du pays divergent.

Le 25 septembre 2020, Bah N’DAW colonel à la retraite désigné par la junte militaire, prêtait serment pour devenir le président de la transition malienne. Le 27 septembre 2020, Moctar OUANE fut nommé premier ministre de la transition. Le Jeudi 03 décembre 2020, la liste des 121 membres du Conseil National de la Transition (CNT) fut rendue publique, et 02 jours plus tard le colonel Malick DIAW fut élu président de cet organe législatif. 

Tous ces organes, comme stipulé par la charte de la transition, ont été mis sur pieds et opérationnels, au bout de 100 jours. Durant cette période, moult évènements se sont succédé poussant certains boxeurs du ring politique à vanter la prouesse des autorités de la transition qui ont accompli des tâches en quelques mois, que l’ancien président n’a pas pu en sept ans. « Sous le régime corrompu d’IBK, l’application de l’article 39 n’a pas été effective. Ce sont les autorités de la transition qui sont parvenus à un accord avec les enseignants, faisant ainsi l’application de cet article une réalité, et sauver l’année scolaire 2020- 2021. »  a cité parmi tant d’autres à ses dires, le coordinateur de la CMAS Issa Kaou DJIM, membre du CNT. Cependant,  certains acteurs politiques s’inscrivent en tête-bêche de cette vision . « L’essentiel du pouvoir est concentré dans les mains de la junte militaire à Kati. Il faut une rupture avec les anciennes pratiques, mais malheureusement, ce n’est pas le cas aujourd’hui. A ce rythme, la transition va droit au mur », s’inquiète Dr Choguel K. MAÏGA, membre du comité stratégique du M5RFP. 

En outre, d’autres acteurs trouvent que les actes posés sont à apprécier, ils préfèrent accorder le bénéfice du doute aux dirigeants, « Il nous reste quatorze mois, on doit mettre ces quatorze mois à profit pour pouvoir mieux avancer » déclare l’ancien premier ministre, Moussa MARA. 

Abdoulaye Konimba KONATE

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus