Mali-Online
Politique

Intervention militaire française au sahel, un mal nécessaire ?

Un soldat malien et un militaire français engagés dans l'opération Barkhane. PASCAL GUYOT / AFP

À un an du précédent, un autre sommet de Pau se dessine à l’horizon. Les mouvements hostiles à la présence militaire française au Mali resurgissent et sont à pied d’œuvre. Le « collectif YereWolo debout sur les remparts » projette d’organiser un grand rassemblement demain 20 janvier avec toute la charge tant historique que symbolique que comporte cette date. Aujourd’hui cette présence de l’armée française est mise en cause, plus loin, une frange importante de l’opinion nationale demande son départ. Est-ce un sentiment anti-français ? Hantise de l’histoire coloniale ou manque de bilan probant ? Les termes de la relation entre le Mali et l’hexagone ne doivent-ils pas être inscrits dans un cadre profitable à toutes les parties ? Bien d’interrogations qui taraudent l’esprit de bon nombre de maliens.

En 2012, lorsque la crise fut à son paroxysme avec l’offensive d’une avalanche de groupes djihadistes dirigés vers le Sud du pays, Dioncounda Traoré alors président de la transition sollicita l’appui de la République Française. Ce qui fut fait. L’opération Serval intervint et repoussa de concert avec les Forces de Défense du Mali les djihadistes jusqu’à quelques encablures de Kidal. Chose qui marque le début de la présence militaire française sur le sol malien sous divers noms, de l’opération Serval à la force Barkhane, laquelle est en passe de se muer en Takouba. 

Cela fait donc 8 ans que l’armée française est présente sur le sol malien. En dépit d’une foultitude de forces étrangères au sahel, l’entreprise terroriste ne cesse de prospérer et gagne du terrain. Une situation qui semble donner matière à frustration à une frange importante de la population malienne avec en tête de proue le collectif « Yerewolo debout sur les remparts », mouvement que KEMI SEBA et certains gilets jaunes ont d’ailleurs rallié, tous venus en renforts. Dans le même sillage, Ben le Cerveau membre du collectif, dira que « le bilan des 8 ans d’intervention de la France au Mali est catastrophique. Les français eux-mêmes reconnaissent cela. Nos problèmes sont venus du palais présidentiel français depuis novembre 2011 sous Nicolas Sarkozy. Nous allons nous battre pour le départ des troupes françaises du Mali » fustige-t-il et promet une mobilisation massive à la place de l’indépendance afin de demander le départ de l’armée française.

Spéculations, supputations et théories de complot fusent de partout quant à la présence militaire française. Les récents mouvements à Bandiagara dans le centre du pays contre la Minusma sont on ne peut plus illustratifs à ce sujet. Les forces étrangères sont perçues, par d’aucuns, comme malveillantes. Pour d’autres, c’est un mal nécessaire, en ce sens que c’est une crise complexe, et que les Forces de Sécurité Malienne ne seraient pas à même à elles seules d’y faire face. Cette « animosité » entre la France et ses anciennes colonies, tel un ressentiment continue d’affecter leur relation. 

Cependant, dans ce contexte de globalisation où aucun État ne saurait se targuer autosuffisant, collaborer avec des partenaires transparait telle une nécessité évidente. Il incombe, à cet effet, à la partie africaine de privilégier leurs intérêts dans les coopérations bi-et-multilatérales. Ceci implique un franc partenariat « win win ». En ce qui concerne l’intervention militaire  française au Mali, « il faudra situer cette collaboration dans un contexte qui nous permet d’analyser l’effectivité de la relation au-delà de la simple formulation diplomatique de cette relation » propose Me Ali Bathily. 

En outre, au regard de la tournure que prend cette lancinante crise, il est indéniable que son règlement ne passe pas uniquement par les seules solutions militaires. D’autres pistes méritent d’être explorées, faute de quoi, l’afghanisation du sahel, en cours, serait inévitable !   

KAMANA/Mali-Online

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus