Mali-Online
Politique

Mali : le M5-RFP dénonce une gestion « chaotique » de la transition

Les ténors du M5-RFP lors d’un point de presse, mardi 22 décembre 2020.

Depuis l’investiture du président et du vice-président de la transition en septembre dernier, le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) s’est érigé en organe d’observation des faits et gestes des autorités transitionnelles. C’est ce que l’on constate dans une déclaration liminaire du mouvement au cours d’un point de presse tenu le vendredi 10 avril 2021. 

De par la voix du Dr. Choguel K. MAIGA président du comité stratégique du M5-RFP, le mouvement a décrit sans faux-fuyant la situation socio-politique actuelle dans des termes assez durs et a profité pour informer l’opinion nationale et internationale de la reprise des cris d’orfraie après le mois de Ramadan.

Fidèle à ses habitudes de ne pas rester indifférent face à l’injustice et à la mauvaise gouvernance, le M5-RFP en plus d’observer a revêtu sa casquette de dénonciateur. D’où la tenue de son point de presse portant sur la détérioration de la situation globale dans le pays, nécessitant une rectification du processus de transition. Le but étant de créer les conditions d’une refondation totale du Mali dans le cadre des assises nationales de la refondation.

La transition a montré ses limites si l’on se réfère aux propos tenus par le président du comité stratégique du mouvement. Il déclare : « de plus en plus de nos compatriotes sont victimes d’injustice, de spoliation, de démolition d’habitats, de dénuement total notamment les déplacés internes, de violations de droits les plus élémentaires notamment ceux des transporteurs, des acteurs des marchés avec des hausses incontrôlées des taxes sur les denrées et des frais de péage, etc. »

Il ajoute également que le pouvoir d’achat des maliens a diminué tandis que la courbe de la paupérisation quant à elle ne fait que croître. Au lieu d’apporter des solutions suite à la crise, la transition aggrave la situation par son amateurisme, son manque de compassion et sa volonté effrénée d’accaparement de plus de pouvoirs et de richesses toujours selon Dr. Choguel K. MAIGA. 

Dans une suite logique, le M5-RFP a pris le soin de pointer du doigt les différents points lui permettant de traiter la gestion transitionnelle de gestion « chaotique et irresponsable ». On retrouve parmi ces points : 

  • La corruption et le népotisme ;
  • La poursuite de la gabegie financière au sommet de l’État au profit des autorités actuelles, leurs protégés et complices ;
  • L’amateurisme politico-diplomatique criard dont font preuves les autorités (en témoigne leur silence assourdissant sur les cas de bavures meurtrières avérées ayant coûté la vie à au moins trente-trois civils à Bounty, tel que ressorti dans les premiers témoignages puis dans un rapport officiel des Nations-Unies, et sur certaines autres immixtions inacceptables dans les affaires inter-maliens ou intérieures maliennes) ;
  • La défiance, le mépris affiché à l’égard de la classe politique et son exclusion de la conduite de la transition malgré des artifices comme le Comité d’Orientation Stratégique (COS) qui tente d’en faire des alibis ou des faire-valoir pour mieux abuser la communauté internationale ;
  • La marche solitaire du gouvernement sur des sujets requérant par essence un consensus et une mobilisation nationale comme la Révision de la Constitutionnelle, les reformes politiques, administratives et territoriales ;
  • Le refus d’approfondir les enquêtes et poursuites judiciaires contre les commanditaires, auteurs et complices des tueries et exactions contre les victimes de la crise. 

C’est tous ces maux qui ont amené le mouvement à mettre en garde les patrons actuels du pays, tout en précisant que les manifestations de masse annoncées seront différées et que les hostilités sur le terrain reprendront après le mois de Ramadan avec plus de vigueur. La déclaration liminaire a pris fin avec l’appel à mobilisation du peuple à la période indiquée sur toute l’entendue du territoire national jusqu’à l’aboutissement du combat patriotique pour la refondation et la restauration d’un Mali démocratique, républicain et laïc doté d’une gouvernance responsable et vertueuse. La diaspora y est également conviée. 

Mohamed FOFANA/Malionline 

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus