Mali-Online
Actualité nationale

Montée en puissance de l’Armée malienne : Quid de l’Accord d’Alger ?

Remise d'un important lot de matériels roulants, d’équipements militaires aux famas par le président de la transition SE le colonel Assimi GOÏTA (image d'illustration)

Depuis plusieurs mois, l’Armée malienne monte en puissance sur le terrain dans la lutte contre le terrorisme. Cette nouvelle donne va-t-elle remettre en cause l’application de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali issu du processus d’Alger rejeté déjà par beaucoup de Maliens ?

Diabaly, Marebougou, Farabougou et plusieurs autres localités sont libérés des mains des groupes armés terroristes par les Forces armées maliennes (FAMa), ces dernières semaines. Signe de la montée en puissance de l’armée malienne, ces succès sont vivement salués par les populations maliennes de tout bord.

« L’entrée des FAMa à Farabougou est un signe d’espoir et la preuve de la progression de nos forces de défense et de sécurité dans leur lutte contre les forces obscurantistes, qui empêchent nos braves populations de mener les activités d’épanouissement de leurs localités », déclare le Parti pour la renaissance nationale, PARENA, dans un communiqué publié le 8 février 2022.

La montée en puissance des FAMa risque de réduire les chances pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Et pour cause, depuis sa signature, le 16 mai 2015, par les groupes armés et le gouvernement du Mali, une grande majorité de la population malienne ne se reconnait pas dans l’Accord pour la paix et la réconciliation.

Pour beaucoup de Maliens, cet Accord est un diktat imposé à leur pays, au moment où le gouvernement était en position de faiblesse face aux groupes armés, qui revendiquaient l’indépendance des régions du Nord du Mali.
La montée en puissance des FAMa peut être l’occasion pour les opposants à l’Accord de paix et de réconciliation d’exiger sa relecture ou son rejet définitif par le gouvernement malien vu que la donne ne cesse de changer sur le terrain en faveur des FAMa depuis le début de l’année 2022. D’autant plus que, la semaine dernière, devant la forte pression populaire, le gouvernement a retiré le projet de loi portant création de la police territoriale dans les régions du Nord du Mali prévue par l’Accord.

Pour le moment, les autorités maliennes restent dans le cadre de l’Accord. Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maiga, a réaffirmé, il y a une semaine devant les diplomates et les représentants des organisations internationales accréditées, la volonté du Mali de respecter ses engagements internationaux. Cette promesse sera-t-elle respectée concernant l’Accord.

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus