Mali-Online
Actualité nationale

Paiement des postes dans le recrutement à la Fonction publique : Désormais des poursuites judiciaires du corrupteur et du corrompu

Le palais de justice de Bamako, Mali (photo d'illustration). AFP/Habibou Kouyaté

Dans une publication sur un réseau social, le Parquet du Tribunal de Grande instance de la Commune IV du District de Bamako annonce avoir engagé plusieurs poursuites avec des mises sous mandat de dépôt dans le cadre d’une « magouille dans les recrutements d’agents à la Fonction publique (police, sapeurs-pompiers, etc. ».

Selon le Parquet du Tribunal de Grande instance de la Commune IV du District de Bamako, des plaintes ont été enregistrées contre des policiers qui prenaient de l’argent avec les gens en vue de recruter leurs enfants à la police ou dans d’autres corps habillés. « Des dizaines de millions ont été ainsi perçues, mais sans résultats pour les parents d’enfants qui finissent par saisir le Parquet de la Commune 4. Après des enquêtes menées par la BIJ et le 5e arrondissement, des fonctionnaires de police ont été poursuivis pour escroquerie et mis sous mandat de dépôt », peut-on lire dans la publication.

« Il est à signaler que depuis quelques mois, le Parquet ne poursuivait que les agents fautifs avec des mises en garde pour les parents d’enfants qui vont à l’achat des concours », précise le Parquet avant d’indiquer : « Mais puisque le phénomène devenait récurrent et pour dissuader dans les deux sens (parents d’enfants et agents publics indélicats), le Parquet a commencé à poursuivre désormais les parents qui démarchent les agents par l’achat du concours pour leurs enfants et qui une fois qu’ils n’ont pas gain de cause après avoir déboursé des fortunes dès fois, se tournent vers la justice, oubliant qu’ils sont tout autant fautifs que ce dont ils se plaignent » .

« Désormais le corrupteur et le corrompu seront tous poursuivis et mis sous mandat », prévient le Parquet. Et d’ajouter : « Pensons à ceux qui n’ont pas d’argent pour acheter un concours. Le respect du principe d’égalité devant les postes publics à pourvoir ainsi que le changement de mentalité sont une responsabilité collective. Changeons ou abandonnons ces mauvaises pratiques qui se ressentent infailliblement dans le comportement des agents publics recrutés de la sorte ».

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus