Mali-Online
Politique

Plusieurs membres influents quittent la CMAS de l’imam Dicko, quelles en sont les véritables raisons ?

Imam Mahmoud parrain de la CMAS à la manifestation du 19Juin.

La Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO a vu le jour samedi 7 septembre 2019 au palais de la culture de Bamako, 3000 personnes s’y étaient rendus pour assister au lancement du mouvement. Un phénomène jusque-là inédit sous nos tropiques : un mouvement politico-religieux. Faut-il le signaler depuis les premières heures du lancement de la CMAS, nombreux étaient ceux qui avaient montre de leur réserve face un tel mouvement quand on sait que la religion est un sujet tellement sensible portant déjà les gènes de la division donc fortement conflit-gène car le risque de transposition de cette guerre(froide) entre les différentes sectes religieuses dans le jeu politique est élevé.

La coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants CMAS de l’imam Mahmoud DICKO partie prenante du Mouvement du 5 juin Rassemblement des Forces Patriotiques M5-RFP mouvement pourfendeur du régime d’IBK, connait des bas. 

Depuis la satisfaction de la revendication phare du M5-RFP, c’est-à-dire la démission du régime précédent, la CMAS et le M5-RFP ne soufflent plus dans le même cor. Cette divergence de visions a conduit à un clash ouvert entre certains responsables des deux mouvements jadis alliés. Faut-il le signaler, la CMAS à travers son dernier point de presse le 10 novembre a officialisé son divorce avec le M5 en indiquant ouvertement leur soutien aux nouvelles autorités de la transition, quand on sait que ce dernier a rejeté toutes les propositions du CNSP.

La déferlante des récentes démissions est la résultante de cette confusion dans les prises de position de la CMAS à travers son coordinateur général Issa Kaou N’DJIM. Quand celui prédisait la mort du M5-RFP, avait-il omis celle de la CMAS ? Comme le dirait un dicton « Quand vous creusez le puits de la trahison, assurez- vous de le faire le plus large possible ».

Ce sont trois membres influents de la Coordination des Mouvements à claquer la porte dans moins de 72 heures, ils sont entre autres Ahmed Ndouga MAIGA, chargé de communication ; Oumar Baber DICKO, chargé des questions religieuses et enfin Imam Oumarou DIARRA, cet influent jeune imam de Moussabougou qui dirigeait les prières de vendredi sur la place de l’indépendance quand les manifestations du M5 battaient encore son plein. Faut-il le noter, Oumarou DIARRA a adressé sa lettre démission dans laquelle il évoque les raisons de son retrait. À l’en croire, la CMAS s’est soustraite de l’esprit qui animait le M5-RFP, c’est donc pour préserver cet idéal qu’il a jugé nécessaire de continuer à faire chemin avec le M5-RFP au grand dam de la CMAS. Ce qu’il faut également signaler, c’est qu’aucun des démissionnaires n’a affirmé couper le pont avec le parrain du Mouvement Imam Mahmoud Dicko.

Issa Kaou NDJIM serait-il le tendon d’Achille de l’Imam Mahmoud DICKO ?

L’attitude du coordinateur général de la CMAS, à en croire certains observateurs, est pour beaucoup dans cette série de démissions. Il arrive très couramment que ces prises de position divergent avec celles de l’Imam DICKO. L’on se souvient encore, lors des dernières élections législatives, Issa Kaou NDJIM avait déclaré sur toutes les ondes que la CMAS prendra part aux élections, mais au dernier moment Imam DICKO informa l’opinion nationale que la CMAS s’abstient de toute conquête du pouvoir pour l’instant !       

Avec toutes ces défections dans le rang de la CMAS, ce qui parait le plus surprenant est le silence dans lequel l’Imam Mahmoud DICKO s’est terré depuis un moment. Cet effritement de la CMAS sans pour autant être une desiderata pour nombre d’observateurs, mais sont-ils nombreux ceux qui souhaitent avoir la réaction de l’Imam Mahmoud DICKO sur la conjoncture actuelle, surtout quand on sait que du haut de la tribune du palais de la culture de Bamako, il avait dit que son « son problème, c’est eux qui ont trahi le peuple malien. C’est à eux que je m’adresse. Mon combat, c’est d’abord contre eux » extrait du discours tenu lors du lancement de la CMAS.

Sans édification dans telle circonstance, le peuple malien ne se sentira-t-il pas trahi… ? 

KAMANA           

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus