Mali-Online
Politique

Politique : Le Front du Refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger répond à la CMA

Ibrahim kebé, coordinateur du Front du Refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger (FRAA) lors de leur conférence de presse, jeudi 24 juin 2021.

Suite à la conférence de presse de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) qui a eu lieu le dimanche 20 juin 2021, à la maison de la presse où celle-ci a dressé un bilan négatif lié à l’exécution de l’accord d’Alger, le Front du Refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger (FRAA) réagit 04 jours après, c’est-à-dire le 24 juin dans un document écrit signé par son coordinateur M. Ibrahim KEBE. 

Dans son document de 07 pages, le Front du Refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger (FRAA) s’est lui aussi adonné à l’exercice de dressage de bilan, depuis la signature de l’accord jusqu’à maintenant. D’un côté, on a la CMA qui affirme que les résultats ne sont pas satisfaisants et de l’autre côté, on a le FRAA qui en s’appuyant sur des faits montre que la liste des dégâts s’est allongée 06 ans après l’accord. De son point de vue, cet accord n’a pas lieu d’être, encore moins son application.

On a près de 120 000 militaires étrangers sur le sol malien, l’accroissement du taux de violence et d’insécurité et le nombre de morts qui est plus de 5000, d’après le bilan du FRAA. À cela s’ajoute une destruction de plus de 400 villages avec plus de 400 000 déplacés et des milliers de réfugiés. 

Concernant le retour de la paix mentionné par la CMA, le front s’exprime également, « 6 ans après l’accord, combien d’attaques à Kidal sous le contrôle de la CMA ? Dans ce contexte, il est évident que vu de Kidal, la paix est revenue grâce à l’accord. »

De ses propos et son bilan dressé, le FRAA veut faire comprendre que c’est à Kidal que l’on peut parler de paix et non dans tout le Mali. « Le FRAA relève que seules la sécurité internationale et Kidal n’ont pas pâti du chaos installé au Sahel, contrairement aux menaces que la France et nos dirigeants brandissent en permanence pour justifier toujours plus de moyens pour tuer nos populations. En effet, l’accord a érigé le massacre des populations par les terroristes et les forces armées étrangères, en règles de guerre internationale, au Mali et dans la sous-région. », a déclaré le front. 

Bien qu’il reconnaisse que les armes se sont tues entre l’armée malienne et les rebelles, celui-ci soulève quand même certaines interrogations en rapport avec la sécurité nationale. « Les camps militaires régulièrement attaqués, est-ce du cinéma ? Les bavures meurtrières de l’armée de la France impérialiste, dont certaines sont qualifiées par l’ONU de crimes de guerre, est-ce que ce sont des jeux de guerre virtuels qui laissent derrière eux de faux cadavres ? Les terroristes qui oublient gentiment Kidal pour aller terroriser, chasser de chez elles, et tuer les populations paisibles qui n’ont rien demandé à personne, est-ce une hallucination tout droit sortie de l’esprit de populations qui vivent sous le joug des armes, parce qu’elles ont le malheur de vivre au-dessus des sous-sols convoités par les multinationales ? », ce sont là des questions émanant du droit de réponse du FRAA. 

Aussi, le Front du Refus de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger a rappelé un point, s’agissant de la signature de l’accord. Dans ce rappel, il est précisé que c’est la communauté internationale qui a contraint la CMA à signer cet accord. Maintenant que 06 années sont passées et qu’apparemment les choses semblent ne pas bouger, l’accord sera-t-il renégocié selon le souhait du FRAA ou relu intelligemment comme l’a évoqué le Premier ministre Dr Choguel MAÏGA ? On en saura plus dans l’avenir. 

Mohamed FOFANA/Malionline 

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus