Mali-Online
Actualité nationale

Présumée atteinte à la sûreté de l’Etat : Les faitières de la presse reviennent à la charge

Les présidents des organisations faîtières de la presse lors d’une conférence de presse le 20 décembre 2020.

A traves un communiqué publié le jeudi dernier, les faîtières de la presse du Mali ont dénoncé ce qu’elles qualifient « d’intimidation sur la presse malienne » dans le cadre de la supposée affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat. 

Selon le procureur de la République près le tribunal de grande instance de la Commune III du District de Bamako, Mamoudou Kassogué, dans un communiqué publié le jeudi 31 décembre 2020, « une information judiciaire a été ouverte contre les nommés Mahamadou Koné Vital Robert Diop, Souleymane Kansaye, Aguibou Macky Tall, Youssouf Mohamed Bathily alias RASBATH et Boubou Cissé pour complot contre le gouvernement, association de malfaiteurs, offense à la personne du Chef de l’Etat et complicité de ces faits ». Dans le même communiqué le procureur de la République ajoute : « Il a été aussi relevé des indices établissant la possibilité de liens entre les suspects et certaines associations, organisations et personnalités influentes du monde médiatique dans le cadre d’actions coordonnées pour les besoins de l’entreprise criminelle projetée ».

Ces propos de Mamoudou Kassogué ont provoqué la colère des faîtières de la presse malienne, qui parlent d’intimidation. « Le Procureur de la République laisse ainsi entendre que des confrères sont recherchés pour être également inculpés. Nous, faîtières de la presse, estimons que cette sortie du magistrat n’est ni plus ni moins qu’une intimidation de la presse. Par ce procédé, les pouvoirs publics veulent museler la presse nationale et mettre l’épée de Damoclès sur la tête de nos confrères. Nous rappelons aux pouvoirs publics que la liberté de presse est consacrée par notre Constitution et que nul ne doit être inquiété pour ses idées, ses critiques. Convions les pouvoirs publics à plus de discernement, de responsabilité pour préserver les acquis démocratiques. Invitons les journalistes à plus de responsabilité et de confiance en nous-mêmes, sans peur ni crainte », peut-on lire dans le communiqué des faitières de la presse en date du jeudi 31 décembre 2020.

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus