Mali-Online
Politique

Sanctions ciblées de la CEDEAO contre les autorités de la Transition : Le gouvernement malien exprime son regret

Le colonel Assimi Goïta, président de la transition accueillant Nana Akufo Addo, président du Ghana et président en exercice de la CEDEAO.(image d'archives)

Dans un communiqué officiel, rendu public, lundi 8 novembre, le gouvernement malien a pris acte du communiqué final de la session extraordinaire de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO sur la situation au Mali et en Guinée Conakry, tenu le dimanche 7 novembre, ayant pris des sanctions ciblées à l’encontre les autorités de la transition notamment l’interdiction de voyage et le gel de leurs avoirs financiers.

« En ce qui concerne le Mali, le gouvernement regrette les décisions prises lors de ce sommet, qui ne tiennent pas suffisamment compte des aspirations profondes du peuple malien et des efforts déployés au quotidien par les autorités de la transition pour relever les défis multiformes auxquels le pays est confronté et pour une stabilité durable », indique le gouvernement.

Avant d’ajouter : « Les autorités de la Transition tendent leur main en réitérant leur volonté de poursuivre le dialogue avec la CEDEAO en vue de permettre la tenue d’élections libres et crédibles dans les meilleurs délais et conditions d’organisation ».

Pour rappel, le sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO s’est tenu, le dimanche 7 novembre 2021 dans la capitale ghanéenne sur la situation du Mali et Guinée Conakry. Lors de cette rencontre, la CEDEAO a pris plusieurs décisions concernant notre pays.
En effet, elle a réitéré la nécessité de respecter le calendrier de transition en ce qui concerne les élections prévues le 27 février 2022 et appelé les autorités de transition à agir en conséquence pour assurer un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Ainsi, conformément à la décision prise le16 septembre 2021, la CEDEAO a décidé d’imposer des sanctions avec effet immédiat à l’encontre des individus et groupes identifiés, y compris l’ensemble des Autorités de transition et les autres institutions de transition. Ces sanctions seront également imposées aux membres de leur famille.
Ces sanctions comprennent une interdiction de voyager et un gel de leurs avoirs financiers.
Par ailleurs, elle charge le président de la Commission d’examiner et de proposer des sanctions supplémentaires lors de sa prochaine session ordinaire prévue pour le 12 décembre 2021, si la situation persiste.

Issa Diallo

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus