Mali-Online
Afrique

TCHAD : Le général Mahamat Idriss Déby promet « un dialogue national inclusif »

Mahamat Idriss Déby Itno, qui dirige le Conseil militaire de transition (CMT), a pris la parole, mardi 27 avril, pour lancer un appel à «l'union sacrée». © Tele Tchad via AP

Même si l’Assemblée Nationale du pays soutien la gestion militaire actuelle du territoire, l’opposition ne l’entend pas de la même oreille. Et ce mardi 27 avril, elle a appelé la population (ses militants) à manifester dans le pays. 5 personnes ont trouvé la mort, car les manifestations se sont déroulées sous tension. Dans sa posture de chef d’État le général Mahamat Idriss Déby a pris la parole afin de calmer les ardeurs en cette période sensible que traverse le Tchad.

Après la mort et les obsèques de l’ancien Président Idriss Déby Itno, le pays connait de nouvelles agitations, suite à la demande de manifestation de l’opposition et des organisations de la société civile dans les rues pour exprimer la non-acceptation des militaires à la tête du pays. Même si cela s’est fait de manière sporadique, il y a eu 5 morts en cette journée, 4 à N’Djamena et 1 à Moundou deuxième ville du Tchad située à quelque 400 km au sud de N’Djamena. 

La population est sortie malgré l’interdiction des autorités sur les rassemblements. « On en a marre, marre, marre de la dynastie monarchique au Tchad », a déclaré à l’AFP Sarah.  

Dans un tel contexte, resté silencieux, pour l’actuel homme fort du pays signifierait cautionner aux yeux de l’opinion nationale et internationale les pertes en vie humaine constatées.

Ce qui l’amena à prendre la parole lors d’une intervention télévisée où il a promis « un dialogue national inclusif ». Il a tenu à rappeler également que le Tchad continuera à assumer ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme et respectera ses différents engagements internationaux. Il déclare cela en ces termes : « le Tchad continuera à tenir son rang et à assumer ses responsabilités dans la lutte contre le terrorisme et respectera tous ses engagements internationaux ». 

Même si tout le monde s’attend à ce que Déby Itno fils use de moyens militaires dans la gestion du pays comme son père, cette prise de parole suivi d’une promesse de dialogue inclusif montre que la voix pacifique avec l’opposition n’est pas véritablement exclue. Cependant en ce qui concerne les rebelles aucune négociation selon l’armée ne sera entreprise. 

Mohamed FOFANA/Malionline 

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus