Mali-Online
Politique

Tension diplomatique : Le FSD tacle Macron et réaffirme son soutien à la transition.

Soutenir le président de la transition et accompagner le gouvernement dans l’exécution de son programme d’action, tel est l’objectif principal d’une conférence de presse organisée par le Front pour La Sauvegarde de la Démocratie (FSD) ce mardi 12 octobre 2021 à la maison des ainés de Bamako. C’était en présence des militants et sympathisants du FSD mais également du M5-RFP, mouvement contestataire du régime de l’ancien président IBK. 

D’entrée de jeu, dans son communiqué lu par Aboubacar Touré le FSD a répondu aux propos peu « avenants » tenus par les plus Hautes autorités françaises. En effet, le président de la république française Emmanuel Macron avait qualifié de « honte » les propos du premier ministre Choguel MAÏGA qui avait déclaré à la tribune des nations unies à New York,« l’abandon en plein vol» de la France vis-à-vis du Mali. Face à ses propos tenus par Macron, le FSD rappelle que le constat fait par le premier ministre est on ne peut plus clair, objectif et rencontre l’assentiment et l’adhésion de la grande majorité des maliens qu’ils soient du centre, du nord, de l’ouest ou du sud du Mali.

D’autre part le FSD félicite le président Assimi Goïta et le premier ministre pour leur « courage face à l’adversité» et leur souci de voir le Mali recouvrer son intégrité territoriale, son unité nationale et sa dignité. Ainsi, le FSD recommande au gouvernement de reprendre en « mains les réorientations indispensables en vue d’optimiser la lutte contre le terrorisme » et rappelle que seules l’armée malienne et les forces étrangères amies, sous commandement malien, disposent du droit et de la légitimité de porter les « armes dans le cadre de leur mission régalienne et que toute unité irrégulière est illégale »

En ce qui concerne la présence des forces françaises au sahel, le FSD constate un manque de résultat malgré la présence de barkhane, de la Minusma, de la force conjointe du G5 Sahel, des forces TAKUBA. Face à cette situation, le FSD invite les gouvernement à engager une vaste « opération de désarmement en ayant comme préalable que tout détenteur d’armes soit considéré comme terroriste à l’exception de celles citées ci-haut ».

Cette réaction du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) intervient certainement à point nommé, car au milieu de cette tension diplomatique entre le Mali et la France, les autorités de la transition ont plus que jamais besoin du soutien des maliens de tout bord.

SACKO Madi

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus