Mali-Online
Actualité nationale

Yacouba KATILE, secrétaire général de l’UNTM : « Notre intention n’est pas de mettre le pays sous embargo, c’est de nous faire entendre, de nous accepter, de discuter avec nous… »

Yacouba Katilé, secrétaire général de l’UNTM lors d’un entretien accordé à Mali-Online, novembre 2020.

Suite à l’échec des premières négociations avec les autorités de la transition, la centrale syndicale l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) décide d’appuyer sur les champignons en déposant un deuxième préavis, cette fois-ci, pour une grève de cinq jours.

Si les trois jours de grève récente ont mis du plomb dans l’aile des autorités de la transition, la centrale syndicale n’a pas l’air de lever le pied. Elle ordonne une nouvelle grève qui s’étalera sur cinq jours. « C’est notre méthode de faire, c’est une façon de mener plus de pression pour qu’on aille de façon responsable, sérieuse dans les négociations afin d’aboutir à des conclusions saluées par les deux parties » indique le secrétaire général de l’UNTM, Yacouba KATILE. 

Au regard de ces énormes pertes que causent ces grèves, cette position de l’UNTM peut être perçue par certains comme très sévère, voire même paralysante pour un pays qui est en pleine crise sécuritaire. De surcroît, le pays est dans une période transitoire, un court moment dans lequel il doit poser les jalons de réforme pour une sortie durable de crise. 

Pourtant, le grand chef des syndicats ne semble pas voir les choses de cette manière, « Nous sommes des travailleurs, lorsque ça ne va pas, ce que nous pouvons faire, c’est de retirer notre force de travail aux employeurs qui sont L’État et également le patronat. Notre intention n’est pas de mettre le pays sous embargo, c’est de nous faire entendre, de nous accepter, de discuter avec nous et d’arrêter quelque chose ».

En outre tout porte à croire que ce bras de fer entre les autorités de la transition et les syndicalistes peut vite tourner au vinaigre. Ne Faudra-t-il pas que les deux parties mettent un peu d’eau dans leur vin et penser au bien de notre cher Mali qui est en train de se vider de son sang ?

Abdoulaye Konimba KONATE

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus