Mali-Online
Politique

Grands chantiers de la transition : Malien « kura » pour un Mali nouveau !

Aperçu du haut de la place d’indépendance du Mali. Photo d'illustration ©Mali-Online

Le Mali depuis son accession à l’indépendance est en proie à des instabilités d’ordre politique et institutionnelle, nous avons connu 3 différentes Républiques et nous nous acheminons vers la 4ème. Les coups d’État sont au nombre de 4, toute chose qui traduit une certaine dissonance persistante entre un système et ceux pour lesquels il est mis en place. Puisque la musique a été plusieurs fois changée, cette fois-ci ne sera-t-il pas opportun de changer le pas de danse une fois pour toute ? 

Tel un laboratoire, beaucoup de façons de faire ont été expérimentées et aucune ne semble satisfaire le malien et si cette fois on envisage de refondre l’homme malien autrement dit perpétré un coup de force contre l’homme malien afin d’avoir un nouveau type de malien en rupture de ban avec celui passif et peu imbu des valeurs de la République.

Le constat est le même, il n’a guère changé, telle un leitmotiv, après chaque renversement de régime, les termes « changement, renouveau, rupture » fusent de partout. Que ce soient acteurs politiques, de la société civile ou même citoyen ordinaire , leur sport favori en ces temps consiste uniquement à incriminer, tenir pour responsables les personnalités de l’ancien ordre à savoir IBK et ses sbires d’être les auteurs de tous nos drames et maux. Or, il va sans dire que chacun, et ce à tous les niveaux, a contribué d’une manière ou d’une autre à la dégradation de la situation qui prévaut.

Reconstruction citoyenne !

« Avant de te demander ce que ton pays a fait pour toi, demande-toi ce que tu as fait pour ton pays » c’est sur cette assertion de John F. Kennedy que nous nous demandons ce que nous maliens avons fait pour ne pas en arriver là. Ne sommes-nous pas tout aussi comptables que l’élite ? 

Assumons-nous et acquittons-nous de nos devoirs avant de réclamer nos droits. La corruption qu’est l’un des maux qui a le plus ébranlé le pays, est encouragé avec le soin diligent du peuple. Il n’y a pas de corruption sans corrupteurs. Il urge donc, à cet effet, d’avoir :

 Ce nouveau malien qui n’encourage pas la corruption, mais qui refuse, par ricochet, de payer les pots de vin et autre dessous de table dans les administrations publiques, la circulation… ;

Ce nouveau malien qui n’accepte en aucun d’être ce mouton de panurge obnubilé par les politiques, les religieux et autres vendeurs d’illusion ;

Ce nouveau malien qui s’implique pleinement en jouant son rôle dans la vie de la Nation autrement dit qui s’acquitte de ses devoirs en payant les taxes et autres redevances et qui telle une sentinelle veille à ses droits ;

Ce nouveau malien qui pendant les échéances électorales utilise sa voix telle une arme afin de sanctionner les mauvaises politiques pour rompre enfin avec les travers qui ont pour noms achat de conscience, vote par népotisme… 

Ce faisant l’élite n’aura d’autre choix qu’emboiter le pas, on ne peut pas vouloir le changement et refuser de changer soi-même.

À quoi bon de construire des infrastructures, si ceux pour qui elles sont destinées n’en ont que cure de son utilisation ? Il sied donc de construire avant toute chose l’homme malien avant d’entamer toute action de développement.  

KAMANA/Mali-Online 

Vous pourrez également être intéressés par

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus